| 

Emploi et politique sociale
Reportage : L’association Perspective 45 propose aux entreprises de participer au projet "Mentoring" pour valoriser le savoir de leurs employés expérimentés
06-01-2010


Allez à la fin de l'encart.
Renseignements

Perspective 45 a.s.b.l.

B.P. 418

L-2014 Luxembourg

Tel.: +352 26 20 43 45

Fax: +352 22 58 28

info@perspective45.lu 

Adresse siège :

Forum Royal - 2e étage

25a, Boulevard Royal

L-2449 Luxembourg

Alterval

4, rue Grange Le Mercier

F-57950 Montigny-lès-Metz

Tel.: +33 3 87 15 77 84

Fax: +33 3 87 38 25 43

contact@alterval.fr


Fonds Social EuropéenL’association sans but lucratif Perspective 45 vient de lancer son projet "Mentoring - la transmission du savoir et des compétences des salariés expérimentés". Une vingtaine de représentants d’entreprises luxembourgeoises ont participé le 27 novembre 2009 à la session d’introduction au projet qui portait sur la transmission des compétences au sein des entreprises, les départs de salariés expérimentés et les pertes de savoir y liées. Ce programme, co-financé par le Ministère du Travail et le Fonds Social Européen (FSE), veut inciter les employeurs à maintenir plus longtemps les personnes expérimentées au sein de leurs sociétés, à prendre conscience de leurs atouts et à utiliser leurs compétences comme sources de savoir utiles à la pérennité et au développement des entreprises.

Perspective 45 a.s.b.l. - pour la promotion du maintien dans l’emploi des personnes âgées de plus de 45 ans

Dans le contexte du vieillissement démographique, du taux d’emploi des travailleurs âgés et du déficit du financement des retraites, l’association sans but lucratif Perspective 45 a été créée en 2008 par des entrepreneurs luxembourgeois avec comme objectif de valoriser dans les entreprises les salariés expérimentés et de promouvoir le maintien en activité professionnelle des personnes de plus de 45 ans. "Le Luxembourg, qui fait parti des pays en retard par rapport aux objectifs de l’Union européenne en termes de taux d'emploi des travailleurs âgés, a longtemps été favorisé, jusqu'à récemment encore, par une croissance ininterrompue d'une main d’œuvre jeune, mais il n'échappe malheureusement pas à une réalité inéluctable, dont les conséquences négatives sont plus proches qu’on ne l’imagine", explique Thomas Schönherr, président de l’association.

Perspective 45Dans un contexte de reprise, les responsables de Perspective 45 pensent que les difficultés de recrutement de personnel qualifié pourront placer certaines entreprises dans des situations critiques de déficit de compétences si elles n’anticipent pas ces phénomènes. Dès lors, d’après l’association, il sera indispensable, face à cette problématique et aux risques de pénurie de main d’œuvre, de travailler plus longtemps et de maintenir dans l’emploi les quadragénaires, les quinquagénaires et même les sexagénaires. Pour Thomas Schönherr, "cette question relève d'une préoccupation sociale mais il est également aujourd’hui une réalité économique incontournable et une priorité nationale qui doit être anticipée par chacun, employeurs et salariés".

L’objectif prioritaire de l’a.s.b.l. Perspective 45 est de trouver des solutions favorisant l’emploi des personnes de 45 ans et plus tout en permettant aux entreprises de préserver leurs intérêts économiques et de rester compétitives, et ainsi d’assurer la pérennité de leur existence et de leur développement. L'association se veut "un bon vecteur pour faire avancer les choses, favoriser la communication entre les entreprises sur leurs réflexions, témoigner sur leurs expériences réussies et leurs bonnes pratiques individuelles, réfléchir, imaginer et mettre en œuvre des solutions et Thomas Schoenherrdes actions, qui devront répondre de façon positive à cette problématique à la fois pour nos entreprises et pour nos salariés".

Perspective 45 se voit aussi comme "un des relais pour la communication de ses membres auprès des institutions, administrations et associations professionnelles". En parallèle, l’a.s.b.l. agit "à côté ou en partenariat avec, entre autres, le gouvernement luxembourgeois et les administrations en charge de ces problématiques, les institutions européennes, les organismes de tutelle professionnels, les associations impliquées dans la sensibilisation et les actions sociales en faveur du maintien dans l’emploi" en vue de "coopérer et d’échanger toutes informations utiles".

Le projet "Mentoring" – pour la transmission du savoir et des compétences des employés expérimentés

Mentoring est un projet qui mise sur la transmission du savoir et des compétences des salariés expérimentés au sein des entreprises. Il est mis en œuvre par l’a.s.b.l. Perspective 45, dont les responsables pensent que la reconnaissance et la valorisation des salariés expérimentés, la transmission de leur savoir pour pallier les pertes de compétence en cas de départ, ainsi que leur maintien dans l’emploi seront des moteurs de la croissance économique et de la résistance à la crise.

MentoringLe projet, qui propose un accompagnement pour les employés expérimentés ayant plus de 45 ans, s’adresse à toutes les entreprises désireuses de consolider et renforcer leurs connaissances acquises depuis un certain nombre d’années comme base essentielle pour leur développement futur. L’idée est que le rôle des employés expérimentés (mentors) soit renforcé au sein des entreprises dès lors que leur savoir est reconnu, et parallèlement, que les protégés (mentorés) les assistent dans la diffusion de ce savoir. En incitant les entreprises à maintenir les personnes expérimentées en leur sein, le projet permet en même temps que les employeurs prennent conscience des atouts des personnes âgées et utilisent leurs compétences comme sources de savoir utiles à la pérennité et au développement de l’entreprise.

Parallèlement à la transmission du savoir au sein de l’entreprise, et de la consolidation des connaissances professionnelles et du développement de l’entreprise, le programme "Mentoring" permet d’assurer le partage des expériences, la création d’un échange entre générations, la transmission des valeurs et la culture de l’entreprise, le renforcement de la fidélité des employés, la mise en avant des employés expérimentés en tant que "savants", l’ouverture des perspectives aux jeunes employés qualifiés, le renforcement de l’esprit d’équipe, le renforcement de la communication entre les employés, ainsi que le renforcement des échanges entre les générations et les départements au sein de l’entreprise.

Pierre Huot"Souvent, les personnes quittent l’entreprise avant l’âge de retraite", explique Pierre Huot, secrétaire général de Perspective 45. "Le savoir, les compétences et la culture d’entreprise sont ainsi perdues au sein des entreprises." Pour lui, les entreprises doivent prendre conscience des atouts de leurs employés expérimentés, les garder plus longtemps dans l’emploi et faire évoluer leur carrière en tant que formateurs.

Le secrétaire général de l’a.s.b.l. explique que la transmission du savoir par des salariés expérimentés fait parfois l’objet d’une certaine réticence de la part de ces derniers sauf si cette mission est officialisée dans l’entreprise et si elle fait l’objet d’une reconnaissance interentreprises. Sur la suggestion de plusieurs de ses membres, Perspective 45 a donc exposé en juin 2009 une réflexion auprès de l'Association des Banques et Banquiers (ABBL) sur l’intérêt de la reconnaissance d’un statut de formateur dans la Convention collective des banques.

Concluant que "les experts ne sont pas tous des pédagogues" et que les entreprises ne disposent pas toujours d’une méthodologie éprouvée, Pierre Huot pense qu’il importe de soutenir les mentors dans leur processus de mentoring, de créer des instruments de transfert de savoir, de donner aux entreprises la possibilité de découvrir les différents processus et méthodologies existants, ainsi qu’un accès à des professionnels, pédagogues ou coachs reconnus pour leur expérience et leurs références. Dans cet ordre d’idées, Perspective 45 mène le programme Mentoring avec l’entreprise Alterval, chargée de former les mentors si nécessaire et d’accompagner et de conseiller les entreprises qui participent au projet.

Alterval – l'accélérateur de la transmission des connaissances

AltervalAlterval, un cabinet de conseil et formation lorrain, a été fondé en 2006 par Gilbert Morlet, docteur en Sciences de l’éducation, et Grégory Bouadroune, psychologue du travail. L’entreprise innovante, qui développe des mentorats et des solutions issues de la recherche en sciences humaines pour assurer la transmission du savoir dans les entreprises, a pour objectif de mettre en place des outils de transfert de connaissances utiles pour les entreprises. Pour ce faire, elle met en place une méthodologie élaborée qui mise sur la valorisation et le maintien de l'expertise, le développement des formateurs à l’interne, la préparation de la relève des employés qui quittent les entreprises, l’amélioration de l’accueil des nouveaux employés, l’amélioration de la mobilité et de la polyvalence des employés et la création d’une entente intergénérationnelle.

Alterval, qui a une dizaine de références en France, a déjà mis en place des programmes de mentorat dans des entreprises de différents secteurs d’activité, tels que la sidérurgie, la pharmaceutique, la banque ou la vente. "Ce programme dynamique et simple, qui met en relation les collaborateurs expérimentés appelés "mentors" avec des collaborateurs moins expérimentés appelés "mentorés", est un outil de capitalisation du savoir-faire", explique Gilbert Morlet. "Nous commençons par identifier les connaissances du mentor ainsi que son profil, sa façon de transmettre son expérience", explique-t-il. "Nous croisons son profil avec celui d’un mentoré et suivons ensuite leurs rencontres. Au bout du compte, nous formalisons les connaissances transmises en impliquant les supérieurs du mentor et d’autres mentors."

Comment fonctionne le projet "Mentoring" ?

MentoringLe principe du Mentoring est qu’un employé en fin de carrière (mentor) conseille et accompagne un employé moins expérimenté (mentoré) au sein de l’entreprise. Il l’aide à progresser dans sa carrière, le conseille, lui transmet des références, des stratégies et des informations utiles pour la compréhension du milieu professionnel dans lequel il évolue.

Régulièrement, tout au long du processus de mentoring, les mentors de différentes entreprises se réunissent pour partager leurs expériences, discuter de problèmes rencontrés au cours du programme et améliorer ainsi leurs compétences en tant que mentor. Un conseiller qui accompagne le processus de mentoring assistera les mentors durant la phase de projet.

La relation entre mentors et mentorés se déroule sur neuf mois. Une équipe de mentors-mentorés est créée au sein de l’entreprise, et les participants signent une convention précisant le cadre général, la fréquence des rencontres et les objectifs des échanges. Sur la période 2009-2010, trois groupes différents seront ainsi encadrés.

MentoringEn quelques mois, le mentoring permet de produire un livret de connaissances qui pourra servir aux nouveaux arrivants, tout en valorisant l’expérience des employés moins jeunes. "Cela fonctionne, car la génération des plus de 45 ans est fière de son métier, fière de le transmettre", explique Grégory Bouadroune.

Au Luxembourg, la participation au projet est gratuite pour les entreprises car elle est co-financée par le Ministère du Travail et par le Fonds social européen.

Une première session sera organisée le 19 janvier 2010.

Un projet "humaniste"

Nicolas SchmitLe ministre du Travail et de l’Emploi, Nicolas Schmit, qui a assisté à la session d’information, a souligné que les personnes âgées sont autant victimes de la crise que les jeunes. Il pense que c’est irresponsable, voire absurde "de faire une croix sur les gens qui ont beaucoup à donner aux entreprises" et de renoncer aux compétences et au savoir-faire qu’ils emportent en partant "après parfois seulement 20 ans d’activité professionnelle". Rappelant l’objectif ambitieux de la stratégie de Lisbonne qui vise à augmenter la part des employés âgés de 55 à 60 ans à 50 % jusqu’en 2010, le ministre a abordé la question du financement des retraites.

Pour Nicolas Schmit, il est important de garder les personnes plus longtemps dans l’emploi et d’inventer de nouveaux modèles sur le passage à la retraite. "Pourquoi ne pas miser sur les compétences des personnes expérimentées pour former les employés au sein des entreprises ?", a demandé le ministre en soulignant que la crise doit pousser dans de nouvelles directions. En guise de conclusion, Nicolas Schmit a appelé les managers à oser un nouveau regard sur la gestion du capital humain et à introduire des valeurs plus humaines dans leurs entreprises. Et d’ajouter que "le projet Mentoring est un idéal que j’ose qualifier d’humaniste."