| 

Citoyenneté, jumelages, mémoire
Ed Weber, un Luxembourgeois à la tête d’un vaste réseau de jumelage européen
10-10-2007


Ed WeberC’est dans l’ancienne maison Thorn à Niederanven réaménagée en maison de la culture que l’équipe de www.europaforum.lu a rencontré Ed Weber, le président d’un vaste mouvement de communes européennes jumelées, appelé le "Douzelage". C’est la longue expérience, le savoir-faire et les engagements bénévoles de ce quinquagénaire dynamique qui lui ont valu la reconnaissance de ses homologues européens qui l’ont élu en 2003 à la tête du projet.

Qu’est-ce que le Douzelage?

L’appellation "Douzelage" se compose du mot "jumelage" et du chiffre "douze" qui fait référence au nombre de villes qui, depuis l’origine, ont participé à ce projet ambitieux. Le réseau s’inscrit dans le cadre de l’action "jumelages des villes" du programme européen "l’Europe pour les Citoyens" qui encourage les échanges entre citoyens et favorise leur participation à la vie active.

Genèse du projet

En 1991, les délégations des 12 Etats membres de l’époque ont signé une charte à Granville, en Normandie. Par cet acte officiel, la Commune de Niederanven et ses partenaires européens ont posé les jalons d’une coopération européenne en matière de culture, d’éducation et de sport dont le caractère est unique dans toute l’Europe. L’exemplarité du projet a conduit le Parlement européen en 1993 à récompenser le projet par "les étoiles d’Or du Jumelage".

"On ne veut pas seulement faire des échanges touristiques", tient à préciser Ed Weber, le président du Syndicat d’Initiative de Niederanven, qui travaille de manière bénévole depuis des années pour le Douzelage et investit son temps libre dans ce projet qui lui tient particulièrement à cœur.

A plusieurs reprises, Ed Weber a été invité par la Commission Européenne à Bruxelles pour y défendre de nouvelles idées et pour participer activement à la procédure de consultation qui lui a permis d’influer sur l’orientation future du programme "l’Europe pour les Citoyens". "Les propositions que j’ai défendues à Bruxelles quant aux possibilités de préfinancement et de remboursement des activités de jumelage, basées sur la longue expériences de nos villes partenaires, ont été retenues pour la majeure partie par les autorités bruxelloises" raconte-il non sans fierté.

Les mutations géographiques

A l’instar de l’Union européenne qui s’est construite par vagues d’adhésions successives, le réseau présidé par Ed Weber a connu des mutations à la fois géographiques et structurelles.

Jusqu’à ce jour, le mouvement a connu deux phases d’extension territoriale. En 1995, le "Douzelage" s’est adapté aux nouvelles données géographiques de l’Union européenne en intégrant Karkkila en Finlande (1997), Oxelösund en Suède (1998) et Judenburg en Autriche (1999).

Dans une deuxième phase, 5 villes issues des nouveaux Etats membres (Chojna en Pologne, Köszeg en Hongrie, Sigulda en Lettonie, Sušice en République Tchèque et Türi en Estonie) ont adhéré au réseau. Afin d’éviter de trop grands bouleversements dans le fonctionnement du jumelage, Ed Weber et ses collègues européens ont décidé de limiter, dans une première phase, le nombre de nouveaux adhérents à 5.

Actuellement la troisième étape d’élargissement est lancée. L’adhésion de 5 autres villes est prévue. La Slovaquie a récemment intégré le"Douzelage", tandis que Malte, Chypre, la Lituanie et la Slovénie ont déposé leurs candidatures.

Les mutations structurelles

Malgré ces mesures de précaution, "l’intégration des nouveaux Etats ne s’est pas produite sans poser des problèmes au niveau organisationnel et financier", se souvient Patricia Salvatore, secrétaire du "Douzelage". Elle explique que l’organisation des assemblées générales qui ont lieu deux fois par an dans les villes européennes, selon un système de rotation égal entre les villes membres, requiert beaucoup de préparation et des moyens financiers de plus en plus importants pour couvrir les frais, comme p.ex. les frais de traductions. "Des sommes dont les petites villes issues des nouveaux Etats membres ne disposent pas toujours", ajoute-t-elle.

"Chez les nouveaux Etats membres, les moyens financiers étaient réduits, mais la flexibilité d’autant plus grande", nous raconte Patricia Salvatore avec admiration. Lors d’une Assemblée générale en Hongrie, les collègues hongrois ont fait preuve d’une "immense énergie", ce qui a fait que leur "participation a eu des répercussions très positives et importantes sur l’ensemble du développement futur du projet".

Les projets lancés dans le cadre du "Douzelage"

La liste des activités qui ont été lancées dans le cadre du réseau "Douzelage" est très longue.

A Niederanven, par exemple, une cinquantaine de jeunes de 7 pays européens ont eu l’occasion de participer à un projet ornithologique en 2005. Le projet, supporté par l’Agence européenne du Service National de la Jeunesse, fut lancé et développé par un jeune luxembourgeois, Philip Birget. Les activités ont été organisées en collaboration avec l’association Natur- a Vulleschutz du Syrdall et les associations de jeunes de Niederanven. Sous la direction d’un scientifique de renommée de l’université de Tartu d’Estonie, les jeunes ont eu un aperçu sur l’observation des oiseaux sauvages et migratoires au Luxembourg et ont complété la base de données sur la migration des oiseaux qui contribue à retracer les phénomènes migratoires des oiseaux en Europe.

Une série d’autres projets pour jeunes ont été organisés dans les villes membres, en fonction de leurs localisations et spécificités géographiques. Un groupe de jeunes a ainsi eu l’occasion de se rendre au bord de la mer à Granville, en Normandie. Du canyonisme, en passant par le kayak jusqu’à la planche à voile…les jeunes y ont pu découvrir toute la palette des sports nautiques.

Des élèves de Niederanven ont régulièrement l’opportunité de séjourner au centre sportif ADEPS à Houffalize, en Belgique. Situé au cœur des Ardennes, cet immense complexe au bord du lac de retenue du barrage de Nisramont leur a permis de faire du sport nautique et de passer des jours de détente et d’aventure.

D’autres ont participé au Miniparlament à Bellagio en Italie, une Au printemps 2007, Niederanven avait accueilli un groupe d’enseignants de 7 pays européens dans un projet Comenius auquel l’école préscolaire de Niederanven avait participé. Le Douzelage s’est d’ailleurs doté, il y a plusieurs années déjà, d’un comité "éducation" autonome qui réunit une fois par an les représentants des corps enseignants des villes membres.

Finalement il faut aussi citer les nombreux échanges d’associations qui font des tours dans les villes partenaires pour y passer quelques jours de détente agréables ou pour faire des activités sportives ou culturelles.

Mutations communicationnelles

Au cours des années, les réseaux par lesquels les villes membres communiquent entre elles ont également subi des transformations profondes. A l’origine, les villes membres communiquaient surtout par lettres ou par téléphone. Aujourd’hui, par contre, les informations transitent par e-mail ou par un site Internet spécialement mis en ligne pour le projet.

Durant les nombreuses années où Ed Weber travaille pour le réseau "Douzelage", il a accumulé un immense savoir-faire, a noué des liens et développé des amitiés. Les habitants des villes du Douzelage ont eu l’occasion de découvrir la beauté de paysages européens jusqu’alors inconnus, ont rencontré des personnes appartenant à différentes nations, ont renforcé leurs amitiés, ont élargi leurs horizons….. Aujourd’hui, les kilomètres qui séparent les villes membres sont restés les mêmes, mais la collaboration a rendu les 21 villes européennes très proches les unes des autres.