| 

A la Une

gouv-asselborn-bozkir

Le ministre turc des Affaires européennes, Volkan Bozkir, a présenté la nouvelle stratégie européenne de la Turquie, lors d’une rencontre avec son homologue luxembourgeois Jean Asselborn qui s’est tenue le 21 novembre 2014 à Luxembourg. Une partie de cette stratégie est une nouvelle "stratégie de communication" qui vise à façonner une "perception juste" de la Turquie auprès du public européen et à mieux informer les Turcs sur l’UE. La stratégie prévoit en outre l’élaboration d’un "plan d’action national pour l’adhésion à l’UE", considéré comme une "feuille de route pour le travail d’harmonisation aux normes de l’UE". La seule manière de sortir des problèmes de perception dont souffre la Turquie serait que l’UE se concentre sur "l’image correcte" de la Turquie, estime le ministre qui a réitéré la volonté de la Turquie de devenir membre de l’Union. Volkan Bozkir s’est félicité du fait que le Luxembourg présidera le Conseil de l’UE en 2015, tout en soulignant que la Turquie "fait confiance au Luxembourg et en dépend pour avancer" sur le chemin de l’adhésion. A ce sujet, Jean Asselborn a déclaré que le gouvernement Luxembourg est en faveur de l’ouverture des chapitres consacrés à l'Etat de droit (chapitre 23) et aux droits fondamentaux (chapitre 24) "dans les prochains mois", comme l’avait recommandé la Commission européenne en octobre 2014. Selon lui, l’Union serait "plus forte stratégiquement" avec la Turquie que sans elle.
Lire la suite



La commissaire en charge de la Concurrence, Margrethe Vestager, lors du point presse quotidien de la Commission européenne, le 20 novembre 2014

La commissaire en charge de la Concurrence, Margrethe Vestager, a confirmé que la Commission européenne considérait les révélations journalistiques dans le cadre de l’affaire "Luxleaks" comme "des informations de marché" qu’elle juge donc légitime d’utiliser, a-t-elle expliqué le 20 novembre 2014, interrogée par les journalistes lors du point de presse quotidien de la Commission. La Commission va donc "les examiner afin d’évaluer si cela mène à l’ouverture de nouvelles enquêtes", a-t-elle assuré. La priorité affichée est néanmoins de "finaliser relativement rapidement, de façon prioritaire, d'ici au deuxième trimestre 2015", les enquêtes en cours qui sont menées depuis plus d’un an déjà dans un contexte similaire sur les décisions anticipatives en matière fiscale (dites "tax rulings" en anglais) prises au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Irlande à l’égard de certaines multinationales. La commissaire en charge de la Concurrence a néanmoins rappelé que le débat ne se limitait pas à ces enquêtes, mettant en avant l’ouverture d’un "débat plus large" sur la fiscalité. La commissaire juge surtout "très important de saisir l'occasion du débat qui s'est ouvert sur la fiscalité en général pour aller de l’avant" afin d’assurer davantage de transparence et d’aller vers plus d’harmonisation en la matière.
Lire la suite



L'Agence européenne pour l'Environnement a publié son rapport 2014 sur la qualité de l'air le 19 novembre 2014

Quasiment tous les habitants des zones urbaines d’Europe sont exposés à des niveaux de pollution jugés dangereux par l’Organisation mondiale pour la santé (OMS). C’est ce qu’indique l’Agence européenne pour l’Environnement (AEE ou EEA) dans l’édition 2014 de son rapport sur la qualité de l’air publié le 19 novembre 2014. Pour certains polluants atmosphériques, c’est plus de 95 % de la population urbaine européenne qui est exposée à des niveaux de pollution dangereux pour la santé. "La pollution atmosphérique est toujours élevée en Europe, avec un coût très lourd, pour nos écosystèmes, pour notre économie, pour la productivité des travailleurs en Europe et - plus grave encore - pour la santé publique", a mis en garde Hans Bruyninckx, directeur exécutif de l'AEE. La pollution de l’air reste le principal risque sanitaire environnemental, pointe l’AEE en estimant à plus de 440 000 le nombre de décès prématurés qu’elle aurait causé en 2011 dans l’UE.
Lire la suite



Eurostat

En 2013 dans l'UE, près de 49 % des citoyens extra-communautaires âgés de 18 ans et plus étaient en risque de pauvreté ou d'exclusion sociale, tandis que les niveaux pour les citoyens du pays déclarant et pour les citoyens d'un autre État membre de l'UE étaient nettement inférieurs (respectivement 22,8 % et 28,1 %). Au Luxembourg, 38,4 % des citoyens des pays hors-UE couraient un risque de pauvreté ou d’exclusion sociale. Au niveau de l'UE, la différence dans le taux de risque de pauvreté ou d'exclusion sociale des citoyens de pays hors-UE (48,7 %) et des nationaux (22,8 %) s'établissait à 25,9 pp en 2013, un chiffre que le Luxembourg dépasse à peine. La tendance était similaire s'agissant du taux de privation matérielle sévère. En 2013, un citoyen d’un pays hors-UE sur 5 (20,7 %) âgé de 18 ans ou plus était en situation de privation matérielle sévère. Au Luxembourg, ce taux n’était que de 3,7 %. En 2013, l’écart le plus important entre la part des citoyens extra-communautaires et celle des nationaux âgés de 18 ans et plus étant en situation de privation matérielle sévère a été observé en Grèce (56,8 % pour les citoyens non-UE, contre 17,6 % pour les nationaux, soit +39,2 points de pourcentage), et les plus faibles au Luxembourg (+2,7 pp) et aux Pays- Bas (+3,4 pp), face à une moyenne UE de 11,8 pp. Concernant les conditions de logement, près d'un tiers (32 %) des citoyens extra-communautaires âgés de 18 ans et plus vivaient dans un foyer surpeuplé contre un peu plus de 15 % tant pour les nationaux que pour les citoyens d'un autre État membre de l'UE. Cette proportion était de 20,7 % au Luxembourg contre 2,4 % des nationaux.
Lire la suite



conf-werner-raza-plat

A l’occasion d’une conférence sur l'accord de libre-échange actuellement négocié entre UE et Etats-Unis (TTIP), l’économiste autrichien Werner Raza a présenté une étude récemment publiée par l’ÖFSE qui remet en question les pronostics optimistes des pourfendeurs du TTIP. Celle-ci indique que les avantages économiques liés au TTIP seront limités et qu’il faut plutôt s’attendre à des risques de recul considérables. Werner Raza a critiqué la plupart des estimations faites dans les études sur le TTIP, que ce soit sur l’emploi, les gains estimés du TTIP en relation avec les réductions de mesures non-tarifaires (MNT), au cœur de la négociation selon lui, ou les coûts de l’ajustement macroéconomique dû au TTIP qui aura par ailleurs comme effet de réduire les rentrées issues des tarifs douaniers pour le budget de l’UE et d’augmenter les problèmes liés aux finances publiques. Ce seraient surtout les pays les moins avancés qui souffriraient des conséquences de l’accord de libre-échange. A travers la signature du TTIP, l’UE risquerait donc de violer le principe de cohérence en matière de coopération au développement. Werner Raza prévoit également une baisse des échanges commerciaux intra-européens. Enfin, il dénonce le règlement des différends entre investisseurs et Etats (RDIE) envisagé par le TTIP. A travers ce mécanisme, les investisseurs auraient le privilège d’attaquer des Etats non pas devant des tribunaux nationaux, mais devant des tribunaux arbitraux internationaux qui ne seraient ni transparents, ni indépendants. Le RDIE aurait également un effet dissuasif ("chill effect") sur les gouvernements des pays les moins "riches" car ils n’oseraient plus édicter la moindre norme qui puisse contredire les attentes et les intérêts des grands investisseurs.
Lire la suite



Un rapport du Conseil nordique met en évidence l'impact des perturbateurs endocriniens chimiques sur la fertilité des hommes

Un rapport publié le 17 novembre 2014 par le Conseil nordique met en évidence l'impact des perturbateurs endocriniens chimiques sur la santé reproductive des hommes et les coûts importants qu'ils représentent pour les budgets de santé. Le rapport du Conseil estime que ces coûts s’élèvent à un montant entre 59 millions et 1,2 milliard par an pour l’Union européenne. Les perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d'origine naturelle ou artificielle étrangères à l'organisme qui peuvent interférer avec le fonctionnement du système endocrinien et induire ainsi des effets délétères pour l'organisme. La Commission européenne avait élaboré en 1999 une stratégie concernant les perturbateurs endocriniens qui doit être révisée. Elle s’était par ailleurs engagée à présenter pour décembre 2013 "des propositions de mesures concernant les critères scientifiques spécifiques pour la détermination des propriétés de perturbation endocrinienne". N’ayant pas respecté ce délai, la Commission a finalement publié en juin 2014 une feuille de route et lancé en septembre 2014 une consultation publique dans l’objectif de "faciliter la définition de critères applicables aux perturbateurs endocriniens". La France a pour sa part décidé d’élaborer une stratégie nationale et critiqué le "retard" du dossier au niveau européen qu’elle avait demandé d’inscrire à l’ordre du jour d’un Conseil Environnement en juin 2014, en notant que "ni les critères réglementaires permettant l’identification des perturbateurs endocriniens ni un projet de nouvelle stratégie n’ont encore été proposés".
Lire la suite



CJUE

Le 20 novembre 2014, l’avocat général Niilo Jääskinen a présenté ses conclusions dans une affaire où le Royaume-Uni a saisi la Cour de justice d’un recours qui vise à annuler les dispositions du paquet CRD IV sur les exigences de fonds propres des établissements financiers. Le Royaume Uni estime que les mesures fixant le ratio entre les composantes variable et fixe de la rémunération des banquiers ne pouvaient pas être adoptées au titre des dispositions du traité relatives à la liberté d’établissement et à la libre prestation de services, car elles relèveraient de la politique sociale et, de ce fait, de la compétence des États membres. Pour le Royaume-Uni, les principes de proportionnalité et de subsidiarité n’étaient pas non plus respectés, et il jugeait que la directive méconnaissait le principe de sécurité juridique, qu’elle conférait des pouvoirs exorbitants à l’Autorité bancaire européenne et que les dispositions sur la publication obligatoire des données de rémunération enfreignent le droit au respect de la vie privée et le régime de protection des données. Dans ces conclusions, l’avocat général préconise de rejeter les moyens avancés par le Royaume-Uni et propose à la Cour de débouter ce dernier de son recours.
Lire la suite



Félix Braz a été reçu par James M.Cole, ministre adjoint de la Justice des Etats-Unis, le 18 novembre 2014

Les 17 et 18 novembre 2014, le ministre luxembourgeois de la Justice, Félix Braz, s’est rendu à Washington DC où il a pu avoir un certain nombre d’entrevues avec les autorités américaines sur des sujets bilatéraux, mais aussi sur des thèmes en lien avec la future Présidence luxembourgeoise du Conseil de l’UE. Félix Braz a ainsi rencontré le ministre adjoint de la Justice des Etats-Unis, James M. Cole, avec lequel il a notamment été question des négociations portant sur l’accord-cadre sur la protection des données personnelles dans le cadre de la coopération policière et judiciaire. Félix Braz a salué dans ce contexte l’annonce du gouvernement américain de vouloir octroyer aux citoyens européens un droit de retour effectif sur le sol américain. Félix Braz a aussi rencontré Catherine Novelli, sous-secrétaire pour la croissance économique, l’énergie et l’environnement, et il a discuté avec elle de l’arrangement "Safe harbor". A ce sujet, Félix Braz a plaidé auprès des Etats-Unis pour que tout soit mis en œuvre pour "dissiper les inquiétudes bien réelles en Europe".
Lire la suite



Eurostat

Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne, a publié ses premières estimations de la Recherche et développement (R&D) en 2013. Il en ressort qu’en 2013, les États membres de l'UE ont dépensé presque 275 milliards d'euros au titre de la recherche et développement (R&D). L'intensité de R&D, c’est-à-dire les dépenses de R&D en pourcentage du PIB, s’élevait à 2,02 % dans l'UE en 2013, contre 1,76 % en 2004. L’objectif fixé par la stratégie Europe 2020 est d’atteindre 3 % d’ici 2020. Au Luxembourg, l’intensité de R&D était de 1,16 % en 2013. L’intensité de R&D a connu une baisse nette au Luxembourg en 10 ans : elle était en effet de 1,63 % en 2004. En valeur absolue, les dépenses de R&D ont toutefois augmenté au Grand-Duché, passant de 448 millions d’euros en 2004 à 523 millions en 2013. Si, à l’échelle de l’UE, 64 % des dépenses de R&D ont été effectuées dans le secteur des entreprises, au Luxembourg, le taux de R&D effectuée dans les entreprises a nettement baissé, passant de 88 % en 2004 à 61 % en 2013. Le taux de R&D a crû en revanche de façon très nette au Grand-Duché dans le secteur des administrations publiques, où il est passé de 11 % en 2004 à 23 % en 2013, et dans le secteur de l’enseignement supérieur, où il est passé de 1 à 15 %.
Lire la suite



www.lecho.be

Dans une interview donnée au journaliste Martin Buxant du quotidien économique belge L’Echo et parue le 19 novembre 2014, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel s’explique sur les rulings luxembourgeois et précise ses vues en matière de politique de la fiscalité dans l’UE. "Il y a aujourd'hui 22 pays (de l’UE, ndlr) où on fait des rulings", dit-il d’emblée. Il pense que le mécontentement suscité par les rulings luxembourgeois peut tout à fait être traité dans l'UE, mais ce "serait un premier pas", car selon lui "l'OCDE est le cadre le plus adéquat" dans la mesure où "tout cela dépasse largement le cadre européen"." Mais l’enjeu du débat au sein de l’OCDE ne serait pas l’harmonisation fiscale, et pas plus dans l’UE, car "un Etat cherchera toujours à être fiscalement le plus attractif". Pour Xavier Bettel, "le débat actuel, c'est la transparence". Le Premier ministre réitère avec force le primat des Etats membres sur les questions de fiscalité : "Dire que tout le monde à l'intérieur de l'Union européenne doit avancer vers une fiscalité unique et les mêmes taux d'imposition, ça, je suis contre. C'est une compétence qui est du ressort des Etats membres." Interrogé sur sa position dans "un des débats actuels" qui serait "de voir justement si la Commission européenne doit avoir plus de pouvoir en matière fiscale", Xavier Bettel réplique : " On peut tout examiner mais je ne suis pas en faveur d'une harmonisation de la fiscalité."
Lire la suite



Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission (Source : Commission)

La Commission européenne a annoncé le 19 novembre 2014 ne pas avoir l’intention de bloquer l’accord conclu en trilogue entre le Conseil de l’UE et le Parlement européen sur une réduction des sacs en plastique à usage unique, même si elle estime que certains passages de l’accord ne correspondent pas à l’objectif "Mieux légiférer". L’accord, qui a été trouvé le 17 novembre 2014 en trilogue prévoit que les Etats ne l'ayant pas encore fait imposent que ces sacs soient payants d'ici 2018, et/ou limitent leur consommation annuelle à 90 sacs par habitant d'ici 2019. En 2025, la consommation annuelle ne devra pas dépasser 40 sacs par habitant. L’accord doit être avalisé le 21 novembre 2014 par les représentants des Etats membres au Coreper, puis par la Commission de l’Environnement du Parlement européen. "Je ne pense pas que le projet, tel qu’il s’est développé, correspond à ce que nous considérons comme ‘mieux légiférer’. Dans certains Etats membres, il y a probablement des manières plus simples de procéder qu’avec cette proposition", a déclaré Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission. "La Commission estime que le nouveau texte de compromis pose des problèmes concernant les normes d'emballages pouvant être compostés et a des doutes sur les instruments auxquels les États membres peuvent recourir", avait expliqué la veille une porte-parole de la Commission.
Lire la suite



Le 17 novembre 2014, une table-ronde sur les séparatismes en Europe a réuni quatre experts au Cercle-Cité à Luxembourg pour discuter des phénomènes indépendantistes

Le 17 novembre 2014, une table-ronde sur les séparatismes en Europe a réuni quatre experts au Cercle-Cité à Luxembourg pour discuter des phénomènes indépendantistes en Ecosse, en Belgique et en Catalogne. La discussion a été organisée dans le cadre des conférences "Penser l’Europe" par l’Institut Pierre Werner, le Cercle-Cité et Europaforum.lu, dont le responsable, Victor Weitzel, a animé le débat. Pour le Français Vincent Laborderie, doctorant à l’Université Catholique de Louvain, la participation du parti flamand indépendantiste N-VA au gouvernement "renforce la cohésion de la Belgique" puisque le parti est "forcé de se normaliser et devenir comme les autres". L’expert pense que l’idée de l’indépendance pourrait même se diluer si le parti reste au pouvoir pendant plusieurs années et que la Belgique aurait ainsi réussi à "intégrer le nationalisme flamand dans l’Etat belge". Pauline Schnapper, spécialiste de la décentralisation écossaise, explique le nationalisme écossais par une attitude plus social-démocrate et pro-européenne, puisque l’Union défendrait plus les intérêts écossais que Londres. Pour Antoni Montserrat Moliner, directeur du Centre Català de Luxembourg, la consultation en Catalogne, jugée anticonstitutionnelle par le Tribunal constitutionnel, représente "simplement une réponse démocratique une réponse démocratique à une privation d’un droit que nous estimons tout à fait légitime". Anna-Lena Högenauer, assistante de recherche à l’Université du Luxembourg, a estimé pour sa part que le référendum écossais a eu des conséquences positives sur la participation politique.
Lire la suite





 

La dimension européenne du programme de coalition du nouveau gouvernement

L’appartenance à l’Union européenne laisse sa trace dans tous les domaines politiques des Etats membres. Il en est aussi ainsi dans le programme de coalition du nouveau gouvernement luxembourgeois. Europaforum.lu a dressé l’inventaire des politiques et mesures annoncées dans ce programme qui sont fortement liées aux politiques et mesures adoptées ou à adopter dans le cadre de l’UE. Cliquez ici.

 

Le règlement sur l’initiative citoyenne européenne (ICE)

A compter du 1er avril 2012, il sera possible de lancer une initiative citoyenne

Cette innovation introduite par le traité de Lisbonne permet à 1 million de citoyens de l’UE de participer à l'élaboration des politiques européennes en invitant la Commission européenne à présenter une proposition législative. Alors que plusieurs idées d’initiatives citoyennes ont déjà abouti et que d'autres sont en cours de préparation à travers l’Europe, Europaforum.lu vous propose un mini-guide qui introduit aux différentes étapes de la procédure, ainsi qu’un dossier, plus politique, qui relate les débats qui ont accompagné la mise en place de l’ICE, et qui suivra aussi l’usage qui sera fait de ce nouvel outil participatif.

 

Téléchargez la brochure "Le traité de Lisbonne"

 

Textes et explications sur le traité de Lisbonne et la Charte des droits fondamentaux

 

NOUVEAU! Rapport sur la politique européenne du gouvernement luxembourgeois 2011-2012

Le texte intégral en cliquant ici!
 

europaforum.lu

europaforum.lu constitue une plateforme d'information, de dialogue et de discussion sur le Luxembourg et l’Europe. Mise en œuvre par le gouvernement, elle se veut non partisane et ouverte à toutes et à tous. Informez-vous chez nous, participez au débat sur l'Europe… Votre avis compte en passant par notre rubrique Contact ou en passant par le feed-back.
 

Calendrier

Annoncez dans le calendrier de ce site des événements et manifestations que vous organisez et qui touchent de près ou de loin à l'Europe sur les plans politique, économique, social ou culturel.
 

Présidence italienne du Conseil de l'UE

 

Nos partenaires

Institut Pierre Werner

Institut Pierre Werner

Université du Luxembourg

uni.lu

Touteleurope.eu

touteleurope.eu, partenaire d'Europaforum.lu