Economie, finances et monnaie - Emploi et politique sociale
Europe 2020 : une stratégie économique européenne pour les dix prochaines années en discussion


Le 3 mars 2010, la Commission européenne a présenté, à la suite d’une consultation publique qu’elle avait lancée en novembre 2009, un projet de stratégie de l’UE pour la croissance et l’emploi. Baptisée Europe 2020, cette nouvelle stratégie économique vient prendre la relève de la stratégie de Lisbonne. Elle s’en inspire et veut en tirer les leçons, tout en visant à sortir l’Europe de la crise financière et économique "la plus dévastatrice qu'elle ait connue depuis les années 1920", comme l’explique la Commission sur son site Internet.

Dans son projet, la Commission européenne met l’accent sur une croissance qu’elle veut à la fois intelligente, durable et inclusive. Cinq grands objectifs ont été définis et chiffrés, et, si la Commission a prévu une série de mesures phares, la stratégie ne pourra être mise en œuvre qu’avec l’implication de tous, à savoir Etats membres, autorités locales et régionales et organisations européennes.

Le projet de la Commission fait l’objet de nombreuses discussions depuis sa présentation, que ce soit au sein des différentes formations des Conseils des ministres de l’UE, au sein du Conseil européen, qui a validé la stratégie en vue de sa mise en œuvre à l’issue du Conseil de juin 2010, ou encore au Parlement européen.

Une première série de lignes directrices concernant le volet économique de la mise en oeuvre de la stratégie a été adoptée le 13 juillet 2010 à l'occasion du Conseil Ecofin.

Au niveau national, chaque État membre doit en effet traduire les cinq grands objectifs européens en objectifs nationaux dans le cadre d'un projet de Programme national de réforme, et ceci dans l'attente du lancement du nouveau cycle de gouvernance "semestre européen" commençant en janvier 2011.

Le gouvernement luxembourgeois a approuvé le 12 novembre 2010 le projet de programme national de réforme (PNR) "Luxembourg 2020".

Dans ce document qui constitue une version provisoire d’un programme qui sera soumis sous sa forme définitive à la Commission européenne en avril 2011, le Luxembourg se fixe un certain nombre d’objectifs en vue de 2020 : un taux d’emploi de 73 %, un taux d’intensité de R&D de l’ordre de 2,6 % du PIB, le maintien du décrochage scolaire en dessous de 10 % ou encore 40 % de personnes âgées de 30 à 34 ans résidant au Luxembourg ayant obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur ou atteint un niveau d’études équivalent. Le gouvernement se propose aussi de veiller à ce qu’une personne sur 24 cesse d’être confrontée au risque de pauvreté et d’exclusion sociale d’ici à la révision à mi-terme de la stratégie Europe 2020. En matière de lutte contre le changement climatique et l’énergie, le Luxembourg devra réduire ses émissions de 20 % par rapport à 2005 d’ici à 2020 dans les secteurs non couverts par le système d’échange de quotas d’émissions de gaz à effet de serre. Le Luxembourg vise par ailleurs un objectif de 11 % d’énergie renouvelable de sa consommation finale d’énergie en 2020 ainsi qu’un objectif de 10 % de carburants renouvelables de sa consommation finale d’énergie dans le secteur des transports en 2020. Enfin en matière d’efficacité énergétique, le Luxembourg s’est fixé déjà un objectif national indicatif en matière d’efficacité énergétique dans les utilisations finales d’énergie de 10,38 % à l’horizon 2016 ; la faisabilité d'un objectif global de 13 % à l’horizon 2020 doit être étudiée.

Le gouvernement luxembourgeois a remis à la Commission européenne son programme national de réforme le 29 avril 2011. La Commission a ensuite adopté le 7 juin 2011 une série de recommandations pour l’ensemble de la zone euro et pour chacun des 27 Etats membres de l’UE.

Europaforum.lu présente dans ce dossier les articles qui font écho à ces discussions.