Le projet du Grand Marché Transatlantique : Ce qu’il cache
08-04-2014 / 08-04-2014


Lieu : Casino Syndical - 63 rue de Bonnevoie - Luxembourg
Organisateur : Institut d’Etudes Européennes et Internationales du Luxembourg, Stop Tafta Luxembourg et Amis du Monde Diplomatique

L’Institut d’Etudes Européennes et Internationales du Luxembourg, Stop Tafta Luxembourg et les Amis du Monde Diplomatique invitent Raoul Marc Jennar à tenir une conférence-débat intitulée “Le Projet du Grand Marché Transatlantique. Ce qu’il cache", qui sera donnée le mardi 8 avril 2014 à 20h00.

"Discrètement négocié par la Commission Européenne et les Etats-Unis, le grand marché transatlantique [TAFTA / TTIP] ne se fera qu’au profit des multinationales et contre les intérêts des peuples européens et américains. L’accord vise à imposer "l’élimination, la régulation ou la prévention de politiques nationales superflues" - une remise en cause flagrante de la souveraineté des peuples - et envisage de créer un tribunal privé de règlement des différends entre États et multinationales - c’est à dire reconnaître aux entreprises le droit de porter plainte
contre les États quand une politique publique s’oppose à leurs profits."

Raoul Marc Jennar est essayiste, spécialiste de politique internationale, docteur en science politique. Il est membre du Conseil scientifique d’ATTAC, de la Ligue des Droits de l’Homme, des
Amis du Monde Diplomatique …Il est l'auteur de: Europe, la trahison des élites. Quand les Etats abdiquent face aux multinationales…

Quelques raisons de stopper le TTIP avacées par le collectif Stop TAFTA :

Sécurité alimentaire: Nos normes, plus strictes que les normes internationales et américaines [niveau de pesticides, OGM, boeuf aux hormones …] pourraient être condamnées comme "barrières commerciales illégales"

Gaz de schiste: La fracturation hydraulique, jusqu’ici interdite en France du fait de ses dangers pour l’environnement, deviendrait un "droit" pour des sociétés pétrolières pouvant exiger des dommages et intérêts des États en cas de refus d’exploitation.

Eau & Énergie: Ces biens seraient privatisables. Toute municipalité s’y opposant pourrait être accusée d’entrave à la liberté de commerce; idem pour l’énergie, qu’elle soit fossile, nucléaire ou renouvelable.

Services publics: TAFTA limiterait le pouvoir des États à organiser les services publics tels que: services à la personne, transports routiers, ferroviaires, et réduirait les principes d’accès universel et large à ces besoins essentiels au bénéfice d’une privatisation générale.

Liberté sur Internet: Les géants du net veulent affaiblir le régime de protection européen des données personnelles pour le réduire au niveau (quasi inexistant) des USA, autorisant ainsi un espionnage légal et lucratif par des firmes privées, !dans la droite ligne d’ACTA.

Les révélations sur l’espionnage des dirigeants européens par la NSA américaine démontrent que ces négociations sont foncièrement viciées. Dans ces conditions il est impossible que le texte final serve l’intérêt général.