Stratégie numérique - Compétitivité - Recherche et société de l'information
A l’occasion de la Journée du numérique, le Luxembourg s’est engagé pour faire de l’Europe un acteur mondial en matière de calcul à haute performance
23-03-2017


À l'occasion de la célébration du 60e anniversaire des traités de Rome, la Commission a organisé le 23 mars 2017 une réunion ministérielle pour obtenir des avancées sur le calcul de haute performance, la mobilité connectée et la transformation numérique des entreprises.

L’objectif de cette Journée du numérique était de renforcer la coopération entre les États membres de l'UE afin de mieux préparer notre société et nos entreprises à tirer pleinement parti de la transformation numérique.

Le Luxembourg s’engage avec six autres pays à faire de l'Europe un acteur mondial en matière de calcul à haute performance

Etienne Schneider à Rome à l'occasion de la Journée du numérique qui s'est tenue le 23 mars 2017Les ministres, parmi lesquels se trouvaient Etienne Schneider, Vice-Premier ministre et ministre de l’économie du Luxembourg, y ont notamment signé une déclaration affirmant la volonté de faire de l'Europe un acteur mondial en matière de calcul à haute performance. Les superordinateurs utilisent des milliers de processeurs qui fonctionnent en parallèle et analysent de grandes quantités de données en temps réel. Ils peuvent permettre de concevoir et de simuler les effets de nouveaux médicaments, d'accélérer les diagnostics et d'améliorer les traitements, de juguler les épidémies et de soutenir le processus décisionnel dans des domaines tels que l'alimentation en électricité ou en eau, l'urbanisme et bien d'autres.

La cérémonie de signature de la déclaration EuroHPC a donné le coup d’envoi officiel pour la collaboration entre les états signataires (Luxembourg, Italie, Espagne, France, Allemagne, Portugal et Pays-Bas) en vue de la stratégie d’implantation d’un réseau HPC européen dont le Grand-Duché était l’initiateur, indique un communiqué de presse diffusé par le ministère de l’Economie à l’issue de la Journée du numérique. Considéré comme un projet d’intérêt stratégique pour réaliser les objectifs dans le cadre de la stratégie Europe 2020, le projet HPC apportera à terme les capacités de calcul nécessaires pour assurer la compétitivité de l’UE dans le cadre du développement de l’économie digitale en Europe.

"Il est indispensable que nous établissions au sein de l’UE une industrie digitale européenne indépendante et une chaîne de valeur digitale autour des données, du software et du hardware qui nous est propre. C’est là un des objectifs clé du projet d’importance stratégique européen autour du HPC dans lequel le Luxembourg est impliqué aux côtés d’autres États membres et que nous voulons faire avancer ensemble", a déclaré le ministre luxembourgeois lors de la cérémonie de signature.

Coopération dans le domaine de la mobilité connectée et automatisée

Un grand nombre de pays européens, parmi lesquels le Luxembourg, ont également signé une lettre d'intention visant à établir, avec la Commission, un cadre juridique pour les essais transfrontaliers de conduite connectée, fondé sur des règles harmonisées en matière d'accès aux données, de responsabilité et de connectivité. Cela permettra de promouvoir les projets de l'UE annoncés dans la stratégie de la Commission visant à créer une économie européenne fondée sur les données de janvier 2017 et dans la stratégie de l'UE pour une mobilité coopérative, connectée et automatisée de novembre 2016. Cette lettre d'intention est la première initiative menée par les États membres dans le domaine de la coopération transfrontalière pour une mobilité connectée et automatisée. La Commission soutiendra ces efforts en adoptant des mesures concrètes qui faciliteront la mise en place de corridors transfrontaliers

A cette occasion, une plateforme européenne sur la transformation numérique des entreprises a également été lancée. Elle regroupe les initiatives nationales pour aider les entreprises européennes à passer au numérique, à s'adapter et à innover. La Commission a par ailleurs présenté un projet pilote en faveur des stages numériques. Les participants, notamment des représentants de la société civile, devaient y examiner les incidences de la transformation numérique de la société et de l'économie sur l'emploi et les compétences.