Migration et asile
En 2016, les pays de l’UE ont enregistré 1,2 million primo-demandeurs d’asile, un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2015, mais qui représente près du double de celui de 2014
16-03-2017


EurostatEn 2016, 1 204 300 primo-demandeurs d’asile ont introduit une demande de protection internationale dans les États membres de l’Union européenne, un chiffre légèrement en baisse par rapport à 2015 (quand 1 257 000 primo-demandeurs d’asile ont été enregistrés) mais près du double de celui de 2014 (562 700), ainsi que le relève Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne, qui a publié ces données le 16 mars 2017.

Les Syriens (334 800 primo-demandeurs d’asile), les Afghans (183 000) et les Irakiens (127 000) sont restés en 2016 les trois principales nationalités des personnes sollicitant une protection internationale dans les États membres de l’UE, représentant un peu plus de la moitié de l’ensemble des primo-demandeurs d’asile.

Le Luxembourg a enregistré en 2016 2065 primo-demandeurs d’asile, un chiffre qui avait atteint 2360 personnes en 2015 et qui est donc en baisse de 13 %. Avec 3 582 primo-demandeurs d’asile par million d’habitants, le Luxembourg compte parmi les cinq pays où le nombre de primo-demandeurs en proportion de la population est le plus élevé.

6 sur 10 ont introduit une demande d'asile en Allemagne

Avec 722 300 primo-demandeurs enregistrés en 2016, l'Allemagne a reçu 60 % de l'ensemble des primo-demandeurs d'asile dans les États membres de l’UE. Suivaient l'Italie (121 200, soit 10 %), la France (76 000, soit 6 %), la Grèce (49 900, soit 4 %), l'Autriche (39 900, soit 3 %) et le Royaume-Uni (38 300, soit 3 %). Le Luxembourg a enregistré en 2016 2065 primo-demandeurs d’asile, un chiffre qui avait atteint 2360 personnes en 2015 et qui est donc en baisse de 13 %.

Parmi les États membres avec plus de 5 000 primo-demandeurs d'asile enregistrés en 2016, le nombre de primo-demandeurs a le plus augmenté proportionnellement par rapport à l'année précédente en Grèce (38 500 primo-demandeurs d'asile de plus en 2016 qu'en 2015, soit +339 %), en Allemagne (280 500 de plus, soit + 63%) ainsi qu'en Italie (37 900 de plus, soit + 46%). En revanche, les baisses les plus marquées ont été enregistrées dans les États membres nordiques – Suède (-86 %), Finlande (-84 %) et Danemark (-71 %) – ainsi qu'en Hongrie (-84 %), en Belgique (-63 %), aux Pays-Bas (-55 %) et en Autriche (-53 %).

Nombre de primo-demandeurs par habitant le plus élevé en Allemagne, le plus faible en Slovaquie

En proportion de la population de chaque État membre, le nombre le plus élevé de primo-demandeurs en 2016 a été enregistré en Allemagne (8 789 primo-demandeurs d’asile par million d’habitants), devant la Grèce (4 625), l'Autriche (4 587), Malte (3 989), le Luxembourg (3 582) et Chypre (3 350).

À l’opposé, les nombres les plus faibles ont été observés en Slovaquie (18 demandeurs par million d’habitants), au Portugal (69), en Roumanie (94), en République tchèque et en Estonie (114 chacun).

En 2016, on dénombrait au total 2 360 primo-demandeurs d’asile par million d’habitants dans l'ensemble de l’UE.

28 % des primo-demandeurs étaient Syriens

La Syrie (28 % du nombre total de primo-demandeurs d'asile) était toujours en 2016 le principal pays de nationalité des demandeurs d’asile dans les États membres de l’UE. Parmi les 334 800 Syriens ayant introduit une demande d’asile pour la première fois dans l’UE en 2016, près de 80 % ont été enregistrés en Allemagne (266 250). Au global, les Syriens constituaient la principale nationalité des demandeurs d’asile dans treize États membres de l'UE.

L’Afghanistan (15 % du total des primo-demandeurs d’asile) est resté le deuxième pays de nationalité des primo-demandeurs d’asile dans les États membres de l’UE en 2016. Sur les 183 000 Afghans ayant demandé l’asile pour la première fois dans les États membres de l’UE en 2016, environ 70 % l’ont fait en Allemagne (127 000). Les Afghans étaient la principale nationalité des demandeurs d’asile dans cinq États membres de l'UE.

Avec 127 000 primo-demandeurs d’asile (soit 11 % du total de l’UE) en 2016, l’Irak était le troisième principal pays d’origine des demandeurs d’asile dans les États membres de l’UE. Trois-quarts d'entre eux ont introduit leur demande en Allemagne (96 100).

Au Luxembourg, la Syrie était aussi le principal pays de nationalité des primo-demandeurs en 2016, avec 330 personnes enregistrées, soit 16 % des primo-demandeurs. Suivaient l’Albanie, avec 220 primo-demandeurs, soit 11 %, le Kosovo, avec 195 primo-demandeurs, soit 9 %, l’Irak, avec 180 primo-demandeurs, et la Serbie, avec 150 primo-demandeurs.

Un million de demandes d’asile en instance fin 2016

Les demandes en instance de protection internationale sont celles présentées à un moment quelconque et qui sont toujours en cours d’examen par l’autorité nationale compétente à la fin de la période de référence. En d'autres termes, il s’agit du «stock» de demandes pour lesquelles une décision est encore attendue. Cette statistique permet notamment de mesurer la charge de travail des autorités nationales.

À la fin de l'année 2016, 1 094 100 personnes avaient introduit dans les États membres de l’UE une demande d’asile qui était en cours d’examen par l’autorité nationale compétente. À la fin de l'année 2015, elles étaient à peu près autant (1 002 400). Avec 601 900 demandes en instance fin 2016 (soit 55 % du total de l’UE), l’Allemagne totalisait la part la plus importante dans l’UE, devant l'Italie (99 900, 9 %), la Suède (83 000, 8 %) et l'Autriche (77 400, 7 %).