Énergie - Environnement
Gaz de schiste et schistes bitumineux au Luxembourg : le gouvernement affiche sa position sur une éventuelle exploitation en réponse à une question parlementaire de Fernand Kartheiser
19-10-2012


Le 27 août 2012, le député Fernand Kartheiser (ADR) adressait aux ministres du Développement durable et de l’Economie une question parlementaire portant sur les gaz de schiste. "A un moment où la réorientation de notre approvisionnement en énergie pose question, où il faut trouver de nouvelles sources d’énergie, où il conviendrait de réduire la dépendance à l’égard des importateurs d’énergie et réduire les coûts de façon à ce qu’ils restent contrôlables par les ménages comme les entreprises, il ne serait pas incongru de revenir sur la question d’une éventuelle exploitation des gaz de schiste dans le contexte des discussions sur les sources d’énergies potentielles se trouvant dans le pays", indiquait le député, conscient toutefois des questions environnementales que cela implique, tant en termes de paysage que de protection des eaux.

Fernand Kartheiser souhaitait donc savoir, dans un premier temps, quel était le niveau de connaissances du gouvernement sur les réserves de gaz de schiste dont disposerait le Luxembourg. Il demandait quelles études existaient sur la question, et de quand elles dataient, tout en interrogeant les ministres sur le lieu et la taille des gisements luxembourgeois, mais aussi sur l’impact que ces ressources pourraient avoir sur l’approvisionnement en énergie du pays. Le député souhaitait aussi connaître la position du gouvernement à l’égard d’une éventuelle exploitation des gisements de schiste au Luxembourg. Enfin, Fernand Kartheiser demandait aussi aux ministres si le gouvernement soutient les travaux visant à établir une directive européenne qui fixerait un cadre à l’exploitation des gisements de schiste, notamment eu égard à la fracturation hydraulique.

La réponse du ministre de l’Economie, Etienne Schneider, et du ministre délégué au développement durable, Marco Schank, est arrivée à point nommé, le 19 octobre 2012, à un moment où le débat sur l’exploitation des gaz de schiste, qui fait déjà rage en Europe, atteint le Luxembourg. Une dizaine de jours avant, l’Université du Luxembourg accueillait une conférence sur le sujet, à laquelle les Verts vont répondre dans quelques jours à peine, le 24 octobre 2012, en invitant un géologue luxembourgeois spécialiste de la question.

Premier constat des ministres, le gouvernement ne dispose pas de propres études récentes portant sur les gisements de gaz de schiste du Luxembourg. Les ministres font cependant état d’analyses géologiques menées à titre privé entre les années 1950’ et 1990’ afin d’évaluer l’éventuelle présence de schistes bitumineux dans le Sud du pays. C’est sur ces travaux que reposent les analyses et études plus récentes.

Les connaissances du gouvernement sur les réserves de schistes bitumineux se basent sur le document "Incidences de l'extraction de gaz de schiste et de pétrole de schistes bitumineux sur l’environnement et la santé humaine" rédigé en 2011 par la Direction générale des politiques internes du Parlement européen  Il y est question d’un potentiel de 675 millions de barils, à savoir 97 millions de tonnes, un potentiel qui reste toutefois purement théorique, soulignent les deux ministres, qui ne perdent pas de vue que le niveau actuel de connaissances ne permet de tirer aucune conclusion sur les quantités qui pourraient être exploitées techniquement et économiquement.

Mais, affirment les deux ministres, "les expériences d’autres pays montrent très clairement que les conséquences de l’exploitation de schistes bitumineux ou de gaz de schiste sur l’environnement et la population sont énormes". Et ils ne perdent pas non plus de vue que l’exploitation de ces ressources ne serait pas sans poser problèmes dans la mesure où la région dans laquelle il y a des gisements est très peuplée, ce qui n’est pas le cas dans les pays où schistes bitumeux et gaz de schiste sont exploités.

Par ailleurs, Etienne Schneider et Marco Schank rappellent que le gouvernement s’est fixé pour objectif de réduire sa dépendance aux énergies fossiles autant et aussi vite que possible. Les efforts du gouvernement visant à développer les énergies renouvelables et les économies d’énergie vont donc se poursuivre.

Pour ce qui est de la rédaction d’une directive européenne qui fixerait les conditions environnementales d’une exploitation des gaz de schiste, les deux ministres indiquent qu’il n’y a pas à ce jour de proposition de directive ou de règlement du côté de la Commission.