| 

Statistiques - Compétitivité - Economie, finances et monnaie
Niveaux des prix à la consommation - Les niveaux des prix ont varié selon Eurostat entre 51 % de la moyenne de l’UE en Bulgarie et 142 % au Danemark, en passant par 122 % pour le Luxembourg
26-06-2012


EurostatEn 2011, les niveaux de prix des biens et services à la consommation différaient sensiblement selon les États membres. Le Danemark (142 % de la moyenne de l’UE) affichait les niveaux de prix les plus élevés, suivi de la Suède (128 %), de la Finlande (125 %) et du Luxembourg (122 %). Des niveaux de prix supérieurs de 10 à 20 % à la moyenne de l’UE étaient observés en Irlande (117 %), en Belgique (112 %) et en France (111 %), tandis que les Pays-Bas (108 %), l’Autriche (107 %), l’Allemagne et l’Italie (103 % chacun) ainsi que le Royaume-Uni (10 2%) avaient des niveaux de prix jusqu'à 10 % au-dessus de la moyenne.

L’Espagne (97 % de la moyenne de l’UE) et la Grèce (95 %) étaient juste en-dessous de la moyenne, tandis que Chypre (89 %), le Portugal (87 %) et la Slovénie (84 %) affichaient des niveaux inférieurs de 10 à 20 % à la moyenne. Des niveaux de prix inférieurs de 20 à 30% à la moyenne étaient observés en Estonie (79 %), à Malte (78 %), en République tchèque (77 %), en Lettonie (74 %) ainsi qu'en Slovaquie (72 %), tandis que des niveaux inférieurs de 30 à 40 % étaient relevés en Lituanie (66 %), en Hongrie (64 %) ainsi qu'en Pologne et en Roumanie (60 % chacun). Les niveaux de prix les plus bas étaient enregistrés en Bulgarie (51 %).

Ces données sont extraites d’un rapport publié par Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.

Les niveaux des prix des produits alimentaires ont varié du simple au double selon les États membres

Les niveaux des prix des produits alimentaires et des boissons non alcoolisées étaient compris en 2011 entre 67 % de la moyenne de l’UE en Bulgarie et 136 % au Danemark. Les écarts de niveaux de prix entre États membres étaient moindres pour ce groupe de produits que pour l’ensemble des biens et services. En ce qui concerne les boissons alcoolisées et le tabac, les prix les plus bas se trouvaient en Hongrie (63 % de la moyenne) et les plus hauts en Irlande (163 %). Avec 87 % de la moyenne UE, le Luxembourg, le Luxembourg se situe en 13e position. Ces écarts de prix importants sont principalement le fait de différences dans la fiscalité appliquée par les États membres sur ces produits.

L’habillement est l’un des groupes de produits qui affiche un faible écart de niveaux de prix entre États membres, la Bulgarie (75 % de la moyenne) étant le pays le moins cher pour ce groupe de produits, et la Suède (133 %) le plus cher. Avec 102 %, le Luxembourg est dans la moyenne. L'électronique grand public constitue un autre groupe de produits où les niveaux de prix différaient le moins entre États membres, ceux-ci variant de 89 % de la moyenne en Pologne et de 102 % au Luxembourg à 125 % à Malte.

Le Danemark mis à part (167 % de la moyenne), les différences de prix étaient également moins marquées entre les États membres en ce qui concerne les véhicules personnels, les niveaux s'échelonnant de 83 % de la moyenne en Bulgarie et 95 % de la moyenne au Luxembourg à 122 % au Portugal.

Pour l’hôtellerie et la restauration, les écarts étaient plus significatifs, les niveaux de prix variant entre 45 % de la moyenne en Bulgarie, 108 % de la moyenne au Luxembourg et 154 % de la moyenne au Danemark.

Le Luxembourg par rapport à ses voisins dans le détail

Par rapport à ses voisins, le Luxembourg est en général plus cher avec 122 % de la moyenne par rapport à 112 % pour la Belgique, 103 % pour l’Allemagne et 111 % pour la France. Dans le détail, le Luxembourg est avec 87 % de la moyenne moins cher pour le tabac et les boissons alcoolisées (B : 97 %, D : 97 %, F : 109 %), pour les articles d’habillement (L : 102 %, B : 113%, D : 103 %, F : 104 %) et les véhicules personnels (L : 95 %, B : 101 %, D : 101 %, F : 103 %). Il est plus cher pour les produits alimentaires et les boissons non alcoolisées (L et B: 115 %, D : 110 %, F : 108 %) et l’électronique grand public (B : 104 %, D : 99 %, F : 101 %). Pour l’hôtellerie et la restauration, le bilan est moins univoque (L : 108%, B : 113 %, D : 103 % et F : 104 %).