Recherche et société de l'information
Le Luxembourg se porte candidat, avec la Suisse, à la présidence de l'Agence spatiale européenne pour la période 2012-2015
06-12-2011


La coopération intergouvernementale dans le cadre de l’Agence spatiale européenne (ESA) a permis à l’Europe d’acquérir progressivement une capacité d’action autonome tant dans les sciences et technologies spatiales que pour les systèmes opérationnels au service du citoyen.François Biltgen au Conseil Espace du 6 décembre 2011(c) Conseil de l'UE

Le Conseil de l’ESA se réunit tous les 3-4 ans au niveau ministériel en vue de décider du budget général des années à venir, du lancement de nouveaux programmes et de la poursuite d’autres programmes en cours. Un autre sujet d’importance concerne les relations de l’ESA avec l’Union européenne à la lumière à la fois de l’accord-cadre UE-ESA signé en 2004 et prolongé récemment jusqu’en 2016 et de la compétence partagée que le traité attribue à l’UE en matière spatiale.

Le dernier Conseil ministériel s’est tenu à La Haye en novembre 2008. Le prochain Conseil ministériel est prévu en novembre 2012 en Italie, pays qui assure actuellement la présidence de l’ESA.

La Suisse, membre fondateur de l’ESA, et le Luxembourg, un des plus jeunes membres de l’ESA, se proposent de joindre leurs forces en vue de reprendre, après l’Italie, conjointement la présidence de l’ESA au niveau ministériel pour la période allant de 2012 à 2015. Cette période constitue une phase cruciale pour l’évolution de l’Europe spatiale en amont de l’établissement des nouvelles perspectives financières de l’UE de 2014 à 2020.

Une telle présidence conjointe, formule inédite de présidence à l’Agence spatiale européenne, permettra de combiner les points forts des deux pays, à savoir le "corporate knowledge" de la Suisse concernant l’ESA et la compétence du Luxembourg en matière de démarche communautaire avec son expérience de plusieurs présidences à l’UE.

Cette présidence conjointe à l’ESA constitue un signal politique fort de notre pays en faveur d’une Europe spatiale affermie et apportera une visibilité accrue aux activités et ambitions spatiales du Luxembourg.

Agence spatiale européenneCette prise de responsabilité conjointe contribuera sans doute à renforcer les liens entre les deux pays non seulement au sein du secteur spatial, où des activités de coopération sont en cours, mais bien au-delà de ce secteur.

En vue de l’organisation des travaux de la future présidence conjointe une première réunion de concertation a eu lieu le 6 décembre 2011 à Bruxelles, en marge du 8e Conseil Espace, entre le ministre François Biltgen et le secrétaire d’État à l’Éducation et à la Recherche, Mauro Dell’Ambrogio, entretien auquel était associé le directeur général de l’ESA, Jean-Jacques Dordain.