| 

Droits fondamentaux, lutte contre la discrimination
Viviane Reding plaide auprès des dirigeants d’entreprises européennes pour un accroissement de la présence des femmes dans les conseils d’administration
01-03-2011


L’Europe des entreprises reste un univers masculin: dans les conseils d’administration des grandes entreprises européennes, à peine un membre sur dix est une femme, et dans 97 % des cas, le PDG est un homme. Des études révèlent que les entreprises comptant davantage de femmes aux postes de direction obtiennent de meilleurs résultats que celles qui réservent ces fonctions aux hommes. Leur bénéfice d’exploitation est plus élevé et elles parviennent mieux à attirer les talents et à comprendre leurs clients. L'utilisation optimale des compétences féminines au sein de la main-d'œuvre européenne est non seulement profitable aux entreprises, mais a des répercussions favorables sur l’économie et la société dans son ensemble. Si 60 % des diplômés de l’université sont des femmes, celles-ci demeurent sous-représentées aux postes de décision économique. Le rapport sur la parité hommes-femmes aux postes de direction des entreprises

Lors d’un sommet spécialement consacré à cette question à Bruxelles, la commissaire européenne Viviane Reding devait rencontrer le 1er mars 2011 des PDG et des membres de conseils d’administration d'entreprises cotées en bourse de dix pays européens. La vice-présidente de la Commission présidera ce rassemblement de dirigeants d’entreprises, aux côtés de Gertrude Tumpel-Gugerell, membre du directoire de la Banque centrale européenne. Elles examineront, avec les participants, les moyens d’accroître la présence des femmes dans les fonctions de direction et chercheront à déterminer si l’autorégulation ou la réglementation sont la voie à suivre pour obtenir rapidement des changements significatifs. Au cours de l’après-midi, les services de la DG Justice entendront brièvement les partenaires sociaux sur cette même question.

La rencontre du 1er mars 2011 entre la Commission, les dirigeants d’entreprises et les partenaires sociaux est un premier pas sur la voie de la parité hommes-femmes dans les conseils d'administration et aux postes de direction des grandes entreprises européennes.

À l’origine, cette question a été soulevée en septembre 2010, lorsque la Commission européenne a, sur proposition de Viviane Reding, déclaré dans sa stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes qu’elle entendait "réfléchir à des initiatives ciblées visant à améliorer l’équilibre entre les femmes et les hommes dans la prise de décision".

Sur la base de nouveaux chiffres publiés le 1er mars 2011, la Commission veut un échange de vues avec les entreprises et les partenaires sociaux pour examiner les mesures qu’ils ont prises et entendent prendre dans un proche avenir pour tendre vers la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration.

La Commission suivra de près les progrès accomplis au cours des douze prochains mois, au terme desquels elle évaluera la nécessité d’éventuelles mesures complémentaires.

Les femmes ne représentent que 3 % des PDG des grandes entreprises

Le nouveau rapport sur la parité hommes-femmes aux postes de direction des entreprises indique qu’en moyenne, les femmes représentent 12 % des membres des conseils d’administration des plus grandes entreprises cotées en bourse dans l’Union européenne, mais qu’elles sont 3 % seulement à être PDG. Les chiffres varient d’un pays à l’autre : en Suède et en Finlande, les conseils d’administration comptent 26 % de femmes, contre 2 % à Malte. Le Luxembourg compte aussi parmi les pays qui affichent un taux inférieur à 5 %.

Si la progression vers un équilibre raisonnable (au moins 40 % de chaque sexe) est lente en Europe, certains pays connaissent de réelles avancées. La Finlande, la Suède, les Pays-Bas et le Danemark ont adopté des codes de gouvernance d’entreprise et/ou des chartes reposant sur une adhésion volontaire, qui ont eu pour effet de renforcer la présence des femmes dans les conseils d'administration.

Les quotas, une réalité en Norvège et un sujet en débat au Luxembourg

Une législation instaurant des quotas est déjà en vigueur en Norvège et est en voie de mise en œuvre en France et en Espagne, tandis que les Pays-Bas, l’Italie et la Belgique en débattent actuellement.

Pour ou contre des quotas ? L'invitation du Ministère de l'Eglaité des chances à la table ronde organisée le 8 mars 2011Au Luxembourg, la question est aussi en débat comme en témoigne la table ronde organisée le 8 mars prochain sous le titre "Quotas de femmes dans les conseils d’administration : vraie avancée ou totale régression ?". Le débat est par ailleurs déjà lancé sur le site www.megapower.lu.

Contexte

Une plus grande égalité dans la prise de décision est l’un des objectifs de la Charte des femmes que le président José Manuel Barroso et la vice-présidente Viviane Reding ont lancée en mars 2010. La Commission a donné suite à ces engagements en adoptant, en septembre 2010, la stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour les cinq prochaines années, qui envisage des initiatives ciblées pour renforcer la participation des femmes au plus haut niveau du processus décisionnel économique.

L’intérêt d’atteindre la parité hommes-femmes dans les conseils d’administration et les fonctions de direction est bien réel, au niveau tant de l’économie et que des entreprises.

Si, à l'heure actuelle, davantage de femmes que d’hommes décrochent un diplôme universitaire (59 % contre 41 %), elles restent à la traîne dans leur carrière par rapport aux hommes. Ce réservoir insuffisamment utilisé de travailleurs qualifiés représente un potentiel sous-exploité pour l’économie.

Par ailleurs, les entreprises peuvent tirer profit d’une présence plus importante de femmes à leur plus haut niveau. En effet, des études révèlent l’existence de plusieurs liens étroits entre la parité hommes-femmes et les résultats obtenus dans les domaines de la créativité, de l’innovation, de l’information financière, de l’audit et du contrôle interne. Les entreprises comptant beaucoup de femmes peuvent également attirer davantage de clientes et de talents féminins.

Le rapport sur l'égalité entre les hommes et les femmes en 2010 souligne que si les tendances sont globalement positives, les progrès restent lents. L’écart entre les taux d’emploi des femmes et des hommes dans l’Union s’est réduit en 2009-2010, passant de 13,3 à 12,9 points de pourcentage, le taux féminin étant actuellement de 62,5 %. Cependant, le taux de chômage a augmenté en raison de la crise, tant chez les hommes que chez les femmes, lesquelles sont toujours beaucoup plus susceptibles de travailler à temps partiel.

En dehors du marché du travail, les femmes assument toujours l’essentiel des responsabilités familiales. La présence des mères sur ce marché est inférieure, de 11,5 points de pourcentage, à celles des femmes sans enfants, tandis que la proportion de pères y est supérieure, de 8,5 points de pourcentage, à celle des hommes sans enfants. Le défi qui consiste à concilier travail, famille et vie privée est l’une des nombreuses causes des écarts salariaux entre les hommes et les femmes: dans l’Union, les rémunérations des femmes sont inférieures de 17,5 % en moyenne à celles des hommes, et cet écart ne s’est aucunement réduit ces dernières années.