| 

Agriculture, Viticulture et Développement rural - Environnement - Santé
Les députés socialistes réitèrent leur position critique à l’égard des OGM au nom du principe de précaution
27-08-2010


Dans un communiqué diffusé le 27 août 2010, les députés socialistes de la Chambre des Députés réitèrent leur soutien au gouvernement luxembourgeois dans son refus d’autoriser la culture de plantes OGM au nom du principe de précaution.

Le LSAP est en effet d’avis qu’un gouvernement doit avant tout protéger l’intérêt général et doit donc empêcherLSAP que certains s’enrichissent en prenant des risques qui touchent tout le monde. Ce principe s’applique entre autres au génie génétique et les députés socialistes évoquent notamment les problèmes qui peuvent se poser en cas de coexistence entre OGM et plantes conventionnelles.

Pour le groupe socialiste, cette position ne relève pas de l’idéologie mais bien du sens des responsabilités. Car si les opinions divergent pour ce qui est d’évaluer le risque lié à la culture d’OGM, une analyse des risques doit selon eux être menée pour chaque espèce de plante dans la mesure où les risques potentiels dépendent des propriétés de chaque plante. Aussi polémiquer et se lancer dans des diatribes et des échanges houleux sur le thème "Pour ou contre le génie génétique" ne sert à rien car il conviendrait plutôt, selon les députés socialistes, de débattre de son utilisation concrète.

Le parti semble viser là de toute évidence les débats acerbes qui ont fleuri dans la presse à la suite de la publication de la lettre ouverte de Robert Goebbels à la classe politique luxembourgeoise le 26 juillet 2010. L’eurodéputé socialiste y plaidait avec ardeur en faveur du génie génétique tout en critiquant la classe politique luxembourgeoise.

Le président de fraction, Lucien Lux, rappelle que, comme par le passé, et il fait référence au programme électoral du parti, les députés socialistes privilégient le principe de précaution face à celui du profit. "La fraction LSAP soutient donc pleinement les ministres de la Santé et de l’Agriculture quand ils ont le courage de prendre au niveau européen une position critique à l’égard des OGM, ce qui est loin de convenir à Monsanto & Cie" déclare Lucien Lux avant d’ajouter que "si certains dénigrent cette position en la considérant comme de la suffisance, nous pouvons vivre avec". Une remarque qui s’adresse là encore très clairement à Robert Goebbels qui dénonçait "la tendance à la suffisance du Luxembourg".

Les députés socialistes rappellent que plusieurs Etats membres remettent en question l’indépendance et les méthodes de l’Autorité européenne pour la sécurité alimentaire (EFSA) qui est responsable de l’analyse des risques prévue dans la procédure d’autorisation européenne. Et ce notamment parce que l’EFSA n’a rendu jusqu’ici que des avis positifs qui, selon leurs détracteurs, ne tiennent pas assez compte des risques environnementaux. L’absence d’évaluation des risques et des avantages qui soit fiable, objective et reconnue par tous fait que chaque Etat membre doit prendre position pour son territoire.

Or, aux yeux du LSAP, qui entend promouvoir une agriculture sociale et respectueuse de l’environnement, les avantages des OGM dont la culture a été autorisée jusque là dans l’UE seraient limités au Luxembourg tandis que les risques liés sont difficiles à prévoir.